RMC

Neymar reste au Brésil, Leonardo est incroyable

Une énième fois sur le flanc suite à une blessure, Neymar Jr est en phase de reprise. Une reprise que le PSG le laisse poursuivre plusieurs jours au sein de son pays natal, le Brésil.

Neymar au PSG, c’est une histoire d’éclats et de blessures. Touché depuis plusieurs semaines, le Ney devrait pouvoir faire son retour avant le 8e de finale aller contre le Real Madrid le 15 février prochain. Le tout est de savoir dans quel état physique l’Auriverde sera à cette date précise. Le joueur travaille en tout cas individuellement afin de revenir le plus promptement possible. 

Rothen s’en prend violemment à Leonardo

Suite à la trêve hivernale où beaucoup de joueurs ont rallié leur pays pour la fin d’année, Neymar a obtenu l’autorisation du PSG de rester au Brésil quelques jours de plus. Un nouveau passe-droit qui a mis totalement hors de lui Jérôme Rothen sur les ondes de RMC. À ses yeux, au vu du passif de l’ancien blaugrana avec le PSG, le fait qu’il se soigne encore loin de Paris est tout simplement inadmissible.

« Le retour tardif, on l’a tous connu quand tu as beaucoup joué sur la première partie de saison. Maintenant, on va parler de celui qu’on va désormais appeler Mister Neymar, parce que c’est un sketch à lui tout seul. Le PSG est aussi un sketch. Comment tu peux accepter d’un joueur qui a joué 50% des matches avec des statistiques bien en-dessous de ce qu’il faisait les saisons précédentes, il est donc moins performant. Ce qui est normal : tu prends de l’âge, tu prends des kilos quand tu t’arrêtes, tu n’as pas l’hygiène de vie adéquate. Mais ce qui est inadmissible, et j’en veux à Leonardo. C’est lui qui décide de tout et c’est lui qui a donné l’aval à Neymar de rester au Brésil jusqu’au 9 janvier pour se soigner. Mais où sommes-nous ? C’est juste incroyable. Un de tes joueurs phares, jamais il ne doit se faire soigner à l’étranger. Aucun autre grand club ne fait ça », a pesté un Jérôme Rothen particulièrement remonté face à la largesse du PSG vis-à-vis de sa superstar. Des largesses qui ne datent cependant pas d’hier…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page