RMC

Nice : Florent Gautreau voit les limites de la méthode Galtier

En difficulté depuis quelques journées, l’entraîneur de l’OGC Nice Christophe Galtier ne parvient pas à relancer son équipe dans le sprint final. Pour le journaliste Florent Gautreau, le technicien se heurte aux limites de sa méthode.

Et si l’OGC Nice finissait par tout perdre ? Le danger existe compte tenu de la mauvaise dynamique des Aiglons. Longtemps en concurrence avec l’Olympique de Marseille pour la deuxième place de Ligue 1, et donc une qualification directe en Ligue des Champions, le Gym a chuté en sixième position après trois défaites en cinq matchs. Une série inquiétante alors que les Niçois préparent la finale de la Coupe de France contre Nantes. Reste à savoir si Christophe Galtier parviendra à relancer son équipe? Rien n’est moins sûr d’après Florent Gautreau, sceptique sur la méthode du technicien.

« Quand tu as décidé de ne pas suffisamment passer par le jeu, tu le payes à un moment donné, a constaté le journaliste de RMC. Par exemple, contre une belle équipe de Monaco (défaite 1-0), Nice a paru relativement impuissant et ça ne pardonne pas. Contre toutes les grosses équipes, si tu n’as pas le jeu, ça manque. On sait que Galtier change au fil des années avec ses équipes. Dans sa version numéro 1, il a construit quelque chose d’intéressant, mais qui s’essouffle et qui est un peu insuffisant. (…) Ce genre de manager utilise beaucoup de choses en dehors du foot, en dehors de ce qu’ils peuvent produire et construire à l’entraînement. »

« Il joue beaucoup sur le management. Il joue sur le coup de gueule, sur le joueur qu’il va faire surperformer alors qu’il est un peu moins fort, il joue sur tous les artifices, a remarqué le spécialiste. Il a arrêté un entraînement parce qu’il était en colère pour revenir le lendemain matin, on connaît des coachs qui donnent rendez-vous à 6 heures du matin parce que ça ne va pas, qui pètent une porte, ou qui vont surprendre leurs joueurs en les encourageant alors qu’ils n’ont pas fait une bonne mi-temps… Là, Galtier est dans cette posture-là. » Là encore, cela n’a rien de rassurant pour l’OGCN.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page