RMC

OL : Bosz restera quoiqu’il arrive, Edward Jay en est persuadé

Décevant neuvième de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais traverse une saison compliquée sur comme en dehors du terrain. Pourtant, son bon parcours en Ligue Europa pourrait lui permettre de sauver sa saison. Et la tête de son entraîneur Peter Bosz par la même occasion. 

Drôle d’ambiance le week-end dernier au Groupama Stadium. Sportivement, l’OL a renoué avec la victoire face à Angers (3-2). Mais dans les tribunes, la mi-temps sans encouragements ainsi que les banderoles étaient quelques-unes des actions entreprises par certains groupes de supporters. Les fans lyonnais reprochent aux joueurs un manque de constance dans l’effort et au club un manque de clarté dans les décisions et la politique à mener. 

L’avenir de Bosz pas vraiment menacé ? 

Au regard de la position actuelle de l’Olympique Lyonnais, on pourrait se dire que seule une qualification européenne, par le biais de la Ligue 1 ou de la Ligue Europa, pourrait permettre au coach Peter Bosz de rester en place cet été. Pourtant, le technicien néerlandais semble susceptible d’aller au bout de son contrat, même en cas d’échec sportif. 

C’est en tout cas le point de vue d’Edward Jay, correspondant RMC à Lyon, dans le Super Moscato Show. « L‘avenir de l’entraîneur de l’OL n’est en rien tranché car, pour l’heure, son bilan est impossible à vraiment dresser. Certes l’OL est mal embarqué mais il reste huit matches donc dans les faits mathématiquement, rien n’est définitif. Et Lyon est toujours en lice en Ligue Europa, l’autre parcours pour être Européen, car le vainqueur sera reversé en Ligue des champions. Donc pourquoi pas, au bout de cinq matches, certes, la pente est raide, mais courte, une victoire le 18 mai prochain », avance Edward Jay.   

Tout en ajoutant : « Une absence d’Europe peut être considérée comme une absence de résultats. Mais même cela ne semble pas éventuellement suffisant pour abréger le contrat de Peter Bosz qui court jusqu’en 2023. La saison est tellement baroque (…) on se dit en interne que la méthode Peter Bosz, un homme de qualité et un professionnel reconnu à l’étranger, n’a pas eu les moyens de vraiment poser sa patte sur le fonctionnement d’un groupe qui doit aussi apprendre sa rigueur », explique le correspondant. Même son de cloche chez le président lyonnais Jean-Michel Aulas ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page