RMC

OL : Loïc Tanzi explique les conséquences de l’échec Kalulu

Formé à l’Olympique Lyonnais, Pierre Kalulu avait choisi de signer son premier contrat professionnel au Milan AC en 2020. Un coup dur pour le club rhodanien, souligne le journaliste Loïc Tanzi, qui évoque des conséquences à l’avenir.

Connu pour la qualité de son centre de formation, l’Olympique Lyonnais parvient à accompagner ses talents jusqu’à l’équipe professionnelle. Il est rare que les jeunes Gones envisagent de percer loin de leur club formateur. C’est pourtant la décision prise par Pierre Kalulu en 2020. Alors que la direction rhodanienne lui proposait un premier contrat professionnel, le latéral droit, refroidi par la présence de Léo Dubois, Rafael et Kenny Tete à son poste, avait choisi de rejoindre le Milan AC. D’après Loïc Tanzi, cet échec peut avoir d’autres conséquences pour l’Olympique Lyonnais.

« Le dossier Pierre Kalulu a fait très mal au centre de formation de l’Olympique Lyonnais parce qu’il a ouvert une brèche qui était un peu inédite à Lyon, c’est-à-dire un joueur qui décide de lui-même de ne pas rester, de ne pas signer alors qu’il joue avec les professionnels, a expliqué le journaliste dans le podcast Scouting de RMC. Il y a un amour des jeunes à Lyon pour l’Olympique Lyonnais. Mais le fait que Pierre Kalulu ait rejoint le Milan AC a un petit peu ouvert la voie à d’autres qui peuvent se poser des questions en voyant qu’il joue à Milan. Pour le centre de formation de l’Olympique Lyonnais, cela peut causer des problèmes à l’avenir. »

Surtout si les jeunes choisissent des représentants inhabituels pour le club. « Pierre Kalulu travaille avec des agents étrangers alors que la spécificité à Lyon, c’est que généralement les jeunes joueurs travaillent avec des agents qui sont proches du club, qui travaillent bien avec le président et la direction sportive. Ce qui permet donc à ces jeunes joueurs de progresser à l’Olympique Lyonnais. Pour Pierre Kalulu, on voit que dès qu’il y a des agents extérieurs qui n’ont pas l’habitude de travailler avec le club, peut-être que la signature du premier contrat professionnel est plus difficile », a souligné Loïc Tanzi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page