RMC

OM : La LFP épargne Marseille, Di Meco ne comprend pas

Sous le coup d’un point de pénalité avec sursis, l’Olympique de Marseille a échappé à la lourde sanction malgré les nouveaux incidents lors du Classique. En tant que fan olympien, Eric Di Meco ne s’en plaint pas, mais s’inquiète pour d’éventuels débordements à venir dans les stades français.

L’Olympique de Marseille peut souffler. Menacé par un point de pénalité avec sursis, le club phocéen a finalement écopé d’un match à huis clos. Le pensionnaire du Vélodrome avait dans un premier temps été sanctionné pour un envahissement de terrain après le coup de sifflet final à Angers. Mais dans la mesure où les incidents face au Paris Saint-Germain étaient différents (jets de projectiles et apparition d’un spectateur sur la pelouse), la commission de discipline de la LFP s’est montrée clémente. Pour Eric Di Meco, cette décision risque de coûter cher à l’avenir.

« Ils ont joué avec les mots pour ne pas mettre la sanction mais si ça se reproduit, ça va tomber, a prévenu l’ancien Marseillais sur RMC. Tu ne peux pas te plaindre d’avoir subi ce qui s’est passé à Nice, en pleurant pendant 15 jours, et refaire la même chose… Enfin, ce n’est pas la même chose mais un mec est quand même entré sur le terrain. Il est allé faire des bisous, mais s’il ne voulait pas aller faire des bisous, comment on fait ? Je suis soulagé mais il ne faut pas que ça se reproduise. Le gros problème pour la commission de discipline, et c’est toujours pareil, c’est que si ça recommence ailleurs, comment ils vont faire ? »

« Tout part de Nice où ils essayent d’être justes en tapant fort mais pas trop, a rappelé le consultant. Derrière, ça se reproduit et tu ne peux pas retaper… A un moment donné, il faut que ça s’arrête. Il ne faudrait pas que ça se reproduise, sinon ils vont se retrouver dans la merde. Ils seront obligés de taper fort et le club qui sera sanctionné dira : « Non mais attendez, pourquoi ça tombe sur nous alors que ce n’est pas tombé sur eux ? » » Si les débordements se poursuivent, la commission de discipline devra bien finir par marquer le coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page