RMC

PSG : Al-Khelaïfi donneur de leçons, Simone Rovera n’en peut plus

Dans un entretien accordé à la BBC, le président du Paris Saint-Germain Nasser Al-Khelaïfi a vanté sa réussite et critiqué les frondeurs de la Super League. Un discours peu crédible pour le journaliste Simone Rovera.

Si Nasser Al-Khelaïfi a pris la parole cette semaine, ce n’est pas pour évoquer la saison du Paris Saint-Germain ou d’autres aspects sportifs. Le président parisien s’est entretenu avec la BBC pour évoquer des sujets économiques. A commencer par l’apport du club francilien au football français qui, selon lui, n’aurait jamais obtenu 1,5 milliard d’euros pour les parts de la société commerciale de la LFP sans le PSG. C’était aussi l’occasion pour lui de critiquer sévèrement les clubs à l’origine de la Super League.

Mais pour Simone Rovera, le discours du Qatari ne passe pas. « J’ai l’impression qu’il donne des leçons, qu’il veut s’imposer comme le moralisateur du football, a lâché le journaliste de RMC. Alors que c’est lui qui a fait un scandale avec son coup de sang à Madrid quand son club s’est fait éliminer de la Ligue des Champions. Il s’improvise justicier dans le vestiaire des arbitres. Il défend un football méritocratique alors que ce n’est pas le modèle du PSG. Celui du PSG incite les clubs à dépenser plus à tous les niveaux. Il s’en prend aussi au modèle du Barça avec les socios en parlant de la dette. »

« J’ai l’impression qu’il part en croisade personnelle contre la Super League. Mais chaque prise de parole quand il veut donner une leçon au foot européen est mal placée. Le milliard injecté par CVC grâce au PSG ? Oui mais le PSG prend la plus grosse part du gâteau. Il s’intéresse avant tout à lui, et après aux autres. Ça reste les miettes pour les autres. Est-ce que c’est vraiment comme ça que doit agir un moralisateur ? Ou doit-il donner une part égal à tout le monde ? », s’est faussement interrogé l’Italien, loin d’être le plus grand fan de Nasser Al-Khelaïfi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page