RMC

PSG : Jonatan MacHardy ne s’inquiète pas encore pour Ramos

Encore et toujours à l’infirmerie, Sergio Ramos commence à inquiéter tout le monde au sein du Paris Saint-Germain… Mais pas Jonatan MacHardy.

Débarqué en tant que joueur libre lors du dernier mercato estival, Sergio Ramos n’a pas encore porté le maillot du club de la capitale française en match officiel. Touché à un mollet et à un genou, le joueur de 35 ans continue « les entraînements individualisés sous contrôle des staffs dans l’objectif du retour à l’entraînement collectif » lors des prochains jours. Autant dire que le défenseur central va louper le match de Ligue des Champions contre le RB Leipzig ce mardi soir, mais aussi le Classique de la Ligue 1 contre l’OM dimanche prochain. Des absences à répétition qui inquiètent les supporters parisiens, pour qui Ramos sera une catastrophe industrielle avec son salaire de 15 millions d’euros par an. Mais pour Jonatan MacHardy, l’heure n’est pas encore trop grave pour l’ancien du Real Madrid.

« Le PSG et Ramos ont le temps »

« Cette situation de Ramos, ça pue un peu. On voit qu’il y a un conflit entre le joueur et le club sur sa date de reprise… Je ne pense pas que cette histoire pèse sur le collectif parisien. Mais quand ça concerne un joueur comme ça, avec ce nom, ce prestige et ce salaire-là, la situation est compliquée… Mais tout n’est que littérature. Car le moment qui va compter dans la saison du PSG, ce sera le printemps. Ramos, une énorme carotte ? Réponse en 2022. Dans le pire des cas, Ramos recommence à jouer à la mi-novembre, soit dans un gros mois. S’il accumule le rythme et s’il retrouve la possession de ses moyens d’un joueur de son âge, ça suffira pour être prêt en février. Le PSG et Ramos ont le temps, car le moment de vérité sera plus tard dans la saison. Pour Ramos, il faudra commencer à s’inquiéter à la fin de l’année s’il n’a toujours pas de continuité… », a expliqué le consultant de RMC, qui sait que Pochettino attend le retour de Ramos avec impatience. Car avec l’Espagnol, l’entraîneur argentin pourrait bien mettre en place une défense à trois centraux, dans un 3-4-3 avec Marquinhos et Kimpembe, afin de mettre les pistons (Hakimi, Bernat) et les trois fantastiques (Messi, Neymar, Mbappé) dans les meilleures dispositions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page