RMC

PSG : La Neymar-Mbappé dépendance, Rothen se moque de Tuchel

Battu à Lens (1-0) jeudi pour sa reprise en Ligue 1, le Paris Saint-Germain a souffert des absences de ses nombreux titulaires. Pas de quoi protéger l’entraîneur Thomas Tuchel des critiques.

Ce Paris Saint-Germain n’était pas en mesure de rattraper l’erreur de son gardien Marcin Bulka. Malgré une nette possession tout au long du match, les Parisiens n’ont jamais vraiment été dangereux dans la surface du Racing Club de Lens. Comme si le champion de France était incapable de faire la différence sans ses stars. C’est effectivement la critique lancée par Jérôme Rothen, qui constate, en se moquant, que l’entraîneur Thomas Tuchel base sa stratégie sur les exploits individuelles de Neymar et Kylian Mbappé.

« Je ne veux pas passer mon temps à critiquer Tuchel parce qu’il a certainement des qualités, il l’a montré. Tu n’emmènes pas une équipe en finale de Ligue des Champions comme ça par hasard. Bien sûr qu’il a trouvé la bonne formule avec ses joueurs stars, avec son équipe type, a reconnu l’ancien Parisien sur RMC. Mais ce que je lui reproche, c’est de trop stigmatiser son jeu à travers “Ney et Kylian (en imitant Tuchel)”. C’est ça le problème. Et quand tu n’as pas ces joueurs-là, c’est un problème. Et même s’ils ne sont pas là en Ligue 1, tu as quand même des joueurs comme Di Maria, ça suffit parce qu’ils sont largement supérieurs et ils font des différences individuelles, ils font des décalages sur les prises de balle… »

« Si tu n’as pas mis un mécanisme en place… »

« Aujourd’hui, tu n’as pas ces joueurs-là. Sarabia, ce n’est pas Di Maria, on l’a vu. Tu as des jeunes. Si tu n’as pas mis un mécanisme en place… Tu imagines qu’en ayant 80 % de possession de balle, ils ont une frappe cadrée dans le match. Mais c’est impossible ! Ça montre les limites au niveau technique et tactique de ce Tuchel leur dit de faire. Tu as l’impression que cette équipe joue à 4, 2 ou 3 milieux et 3 attaquants, il donne des consignes un peu à Ruiz en lui disant de s’intercaler dans le milieu, ce qu’il a bien fait en première période. Mais après, il n’y a pas de circuit préférentiel et ça c’est dommage quand tu as le PSG et que tu as ça entre les mains », a regretté Rothen, jamais tendre avec le coach allemand.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page