RMC

PSG : Manu Petit a trouvé le maillon faible à Man City

Futur adversaire du Paris Saint-Germain en demi-finales de la Ligue des Champions, Manchester City pourrait rencontrer des difficultés en défense. Surtout si John Stones reproduit les erreurs récemment commises.

Des quarts aux demies, on pourrait bien assister à un scénario similaire pour le Paris Saint-Germain. Car à l’image du Bayern Munich, Manchester City devrait prendre le contrôle du ballon et s’exposer aux contres parisiens. D’autant que la défense des Citizens, certes beaucoup plus solide qu’il y a quelques mois, a encore des difficultés sur les attaques rapides de ses adversaires. C’est notamment le cas du défenseur central John Stones, pris de vitesse et exclu contre Aston Villa (victoire 1-2) mercredi, sous les yeux d’un Emmanuel Petit inquiet pour l’international anglais.

« Le PSG n’a pas vraiment à se méfier de Stones, à part peut-être sur les coups de pied arrêtés, a confié le consultant de la chaîne RMC Sport. Pour moi, il faisait une bonne saison alors que j’avais été extrêmement critique envers lui ces dernières années. Depuis l’arrivée de Ruben Dias, il est redevenu un joueur sur lequel on peut compter. Il a mis sur le banc de touche Laporte, qui était quand même un joueur important dans le système de Guardiola. Le problème, c’est qu’on arrive dans le money time et ces derniers temps, il fait boulettes sur boulettes. »

Les oublis de Stones

« Il a un mal fou lorsque son équipe joue très, très haut, souvent même dans la moitié du camp adverse, ce qui provoque des duels en un contre un, a expliqué le champion du monde 1998. Et le problème de City, qui a souvent été analysé ces dernières années, ce sont des duels en un contre un qui ont mal été gérés en permanence. C’est un garçon qui a souvent des absences de quelques minutes dans un match, de quelques secondes sur une action, et les Parisiens peuvent en profiter. C’est un garçon qui a un mal fou à gérer la profondeur parce qu’il n’a pas de vitesse. » Face à Kylian Mbappé, ça pourrait faire mal…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page