RMC

PSG : Neymar, Mbappé, Ibrahimovic… Mathieu Bodmer cible l’erreur de Paris

Souvent critiqué pour son manque d’autorité, le Paris Saint-Germain a parfois du mal à gérer ses stars. Rien de surprenant pour Mathieu Bodmer qui avait été témoin de ce problème lorsque Zlatan Ibrahimovic avait débarqué.

Les envies d’ailleurs de Mauricio Pochettino apportent une preuve supplémentaire, le Paris Saint-Germain a vraiment un problème de gestion de ses stars. Ce n’est pas un hasard si l’entraîneur argentin, parmi les raisons évoquées pour son possible départ, se sent mal à l’aise avec le fonctionnement du club francilien où certains joueurs possèdent un certain pouvoir. Un phénomène déjà constaté depuis plusieurs années, rappelle Mathieu Bodmer, témoin des conditions de l’arrivée de Zlatan Ibrahimovic en 2012.

« Quand il arrive, Ibra est au-dessus du club »

« L’institution est toujours au-dessus du joueur. Mais Ibra quand il arrive au PSG, il est au-dessus du club, a souligné l’ancien Parisien dans un document de RMC. Tout le monde parlait de lui comme tout le monde parle de Neymar et Mbappé aujourd’hui. Ils sont au-dessus de l’institution et c’est le problème du PSG. Mais c’est un club plus jeune, avec une histoire européenne moins riche que d’autres, donc il faudra du temps pour que l’institution parisienne soit au-dessus des joueurs. »

« Pour l’instant, ils ont besoin de ces gens-là pour grandir : les followers sur les réseaux sociaux, les maillots, le nombre de partenariats, etc. Pour ceux qui ont connu le PSG il y a quinze ans, c’est inimaginable, a poursuivi Mathieu Bodmer. C’est bien pour tout le monde, le championnat de France aussi, et Ibra a contribué à ces choses-là. Si le PSG aurait dû serrer la vis ? Sûrement, oui. Mais comment faire ? Au départ tu veux que ce soit ta tête de gondole car tu ne peux pas avoir Ronaldo ou Messi, hors de prix et compliqué sportivement. »

« Ils disent oui à tout »

« Donc quand tu vas chercher, et tout le monde est au courant de cette histoire, il dit : “Mets-moi tant”. Et eux disent oui à tout. Il se dit que c’est des fous mais il aurait tort de s’en priver, on l’aurait tous fait. Mais à partir du moment où on accepte tout, tout le monde sait qu’il a gagné. Dès le début, il sait qu’il est au-dessus du club. Mais eux savent qu’ils ont besoin de lui pour grandir. C’est donnant-donnant. Dans le vestiaire, ça ne s’est pas ressenti plus que ça. Il avait son leadership mais beaucoup de respect pour ses partenaires », a raconté le consultant, fataliste sur le manque d’autorité du PSG.

toto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page