RMC

PSG : Paris n’est pas une ville de foot, Julien Cazarre en rigole

Fervent supporter du Paris Saint-Germain, Julien Cazarre n’a pas hésité à se moquer du club de la capitale française.

Les supporters du PSG ne s’ennuient jamais. Il faut dire que leur club regorge de petites histoires qui font couler beaucoup d’encre. Entre les défaites incroyables en Ligue des Champions et les affaires sportives et extra-sportives en tout genre, le PSG est un vrai nid à faits divers. Et au final, c’est ça que les Parisiens aiment dans leur PSG. C’est en tout cas l’avis de Julien Cazarre, qui vient d’écrire un livre sur le club francilien : « Mais c’est pas possible ?! – PSG : le meilleur du pire ». Un ouvrage dans lequel le trublion de RMC explique notamment que Paris n’est pas une ville de foot.

« Le PSG, ça a toujours été n’importe quoi »

« Ce qui m’a plu dans le fait d’écrire ce livre, c’est de me demander : Pourquoi on aime ce club ? Ce n’est sûrement pas parce qu’il gagne. Déjà, il n’a pas beaucoup gagné dans son histoire, avant l’arrivée du Qatar. Il a gagné des Coupes d’Europe qui n’existent même plus… Malgré les milliards et l’argent à foison, il est toujours dans le même état d’esprit. C’est toujours un club de k-sos, de punk à chien. Le Qatar ne comprend pas. C’est un cimetière indien ce club. Tu peux mettre des milliards, mais tu as l’affaire Icardi – Wanda, tu as Herrera, le gendre idéal, qui file avec un travelo au Bois de Boulogne… Même en foot féminin, personne en parle, et tu as une histoire avec une femme qui se fait carjacker. Ça, c’est Paris ! Tu prends le meilleur joueur brésilien, et ça devient un alcoolique au bout de deux ans à Paris. Messi vient, mais il ne joue pas, il est là pour aller en Argentine. Le PSG, ça a toujours été n’importe quoi. Paris est tout sauf une ville née pour le foot. C’est un club qui se fait violence pour essayer d’exister. Paris, c’est fait pour attirer les touristes, pour la culture, la mode, l’architecture, mais pas pour le foot ! Le foot ici, il faut que ce soit hollywoodien. À Paris, on parle plus des défaites que des victoires, comme la remontada qui fait marrer tout le monde… Les Parisiens aiment bien se faire du mal », a lancé, dans l’After Foot, Julien Cazarre, qui sait que Marseille est la ville de foot par excellence en France, contrairement à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page