Téléfoot

TV : Dégoutée par Mediapro, elle demande la révolution du foot français

Arrêtée il y a un mois, la chaîne Téléfoot a laissé des dizaines de personnes au chômage, et notamment Marina Lorenzo, qui a du mal à passer l’éponge…

En juillet 2020, la journaliste décidait de quitter Canal+ pour rejoindre Téléfoot, la nouvelle chaîne du football français. Mais moins d’une saison plus tard, Marina Lorenzo se retrouve sans emploi, du fait du fiasco Mediapro… Comme une cinquantaine de salariés, elle a été bernée par Jaume Roures. Après avoir quitté la scène médiatique en pleurs au terme de son émission « Au coeur des clubs » le 5 février dernier, la femme de 40 ans se pose des questions sur son avenir dans les médias…

« Cela me questionne sur la façon dont je veux poursuivre ce métier »

« Nous avons appris la disparition de la chaîne début décembre, quelques mois après sa création. Ce fut extrêmement brutal. Pendant des semaines, nous savions que ça allait s’arrêter, mais nous ne savions pas quand. Le projet Téléfoot ? Il y avait forcément des questionnements, car il s’agissait d’un nouvel acteur dans le foot français. Mais Mediapro n’arrivait pas de nulle part non plus. J’avais confiance. J’avais envie de prendre ce risque, de croire en ce projet et de participer à la création d’une chaîne, qui est une expérience unique dans une carrière. Le début de la crise ? Sachant qu’on venait de lancer l’aventure, on se disait que ce serait complètement dingue de l’arrêter si vite. Une partie de la rédaction a néanmoins commencé à très mal vivre la situation. Que ce soit la LFP, notre propriétaire ou ses concurrents, j’ai le sentiment que personne ne s’est posé la question de l’intérêt général du foot, et à notre petite échelle, l’intérêt de notre rédaction. Je n’en veux pas à quelqu’un en particulier, mais des gens ont joué avec nos emplois, et bientôt ceux des salariés des clubs. Il y a un sentiment de gâchis général. L’arrêt de la chaîne ? C’est la douche froide, la stupéfaction générale. Il y a d’abord eu un grand silence, puis certains ont été pris d’émotion et de larmes. Cela se termine dans une brutalité extrême, mais je me dis que ce sera peut-être un mal pour un bien. Cela fait des années que tout le monde sent que le foot tourne mal. La bulle n’a jamais cessé de gonfler et elle claque aujourd’hui. Il est temps de retrouver la raison. Espérons que l’histoire de Mediapro aura le mérite de pousser chaque acteur à réfléchir de manière sereine et intelligente sur la réelle valeur du foot français, qui a besoin de se réformer en profondeur. Aujourd’hui, cela me questionne sur la façon dont je veux poursuivre ce métier. Ai-je envie d’être dépendante de ces droits volatils, qui partent d’une chaîne à une autre ? Je ne suis pas sûr de vouloir continuer à faire partie de ce système », a lancé, sur Ouest-France, Marina Lorenzo, qui n’exclut donc pas de quitter le monde du foot, après avoir notamment été l’une des actrices principales de l’émission J+1 sur Canal+ il y a quelques années maintenant…

toto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page