TV

Anne-Laure Bonnet parle d’un pervers, Alexandre Ruiz se défend

A une époque où les victimes n’hésitent plus à s’exprimer, Anne-Laure Bonnet a presque lancé une accusation sur Twitter. En relayant la Une du magazine Society, la journaliste a souligné sa liberté retrouvée après s’être débarrassée de « tout pervers ». « La dernière fois que j’ai twitté la Une de Society, on a menacé de me licencier… Maintenant que je suis enfin libre de tout pervers, je peux recommencer », a écrit l’ancienne animatrice de beIN Sports, sans donner de nom.

Mais très vite, des internautes ont cité celui de son ancien collègue Alexandre Ruiz, lequel aurait quitté la chaîne qatarie pour des faits de harcèlement et de sexisme, à l’image de Pierre Ménès chez Canal+. Mais le présentateur ne s’est pas laissé faire et a répondu sur le réseau social. « Chers tous, les amalgames ont trop duré. Et la calomnie doit enfin cesser, a-t-il lâché. J’espère que la vérité, celle concernant ma démission, trouvera lumière. En attendant et pour rappel, je n’étais pas le supérieur hiérarchique de ma consœur Anne-Laure Bonnet. » Pas sûr que cette mise au point calme ses détracteurs.

3 commentaires

  1. La France, au travers de ses politiques sportifs et journalistes dont les histoires sortent tous les jours, est un ^pays de dépravés ! ? Je ne le pensent pas et je demande à chacun de garder leur intimité !

    1. et donc . tu t emmerdes dans la vie toi .. le Don Quichotte des correcteurs du Net .. bon courage mais ton commentaire ne sert strictement , à rien .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page