TV

LOSC : Ben Arfa, l’enfant terrible, a encore frappé, Garétier n’en peut plus

Positionné à une décevante 7e position au classement, c’est peu dire que le LOSC ne répond pas aux attentes suite à leur titre de champion de France l’an passé glané au nez et à la barbe du PSG. 

Malgré une équipe qui n’a, finalement, pas changé tant que cela à l’intersaison, le LOSC ne démontre pas vraiment les mêmes velléités lors de cet exercice 2021-2022. Au lieu de confirmer sous la houlette de Jocelyn Gourvennec, on a plutôt eu le droit à une sorte de salmigondis composé de jeu moyen, d’errances collectives et désormais de problèmes extra sportifs. En effet, ce lundi, à l’occasion de la 30e journée de Ligue 1, les Lillois faisaient face aux Girondins de Bordeaux, un adversaire en pleine déliquescence cette saison. Pourtant, bien que les bordelais aient disputé une bonne partie de la rencontre en infériorité numérique, Jonathan David et ses coéquipiers n’ont jamais su trouver la faille et ont finalement concédé un triste match nul et vierge (0-0).

Hatem Ben Arfa, un éternel recommencement

 Mais outre ce résultat décevant, c’est surtout la scène qui s’est jouée au sein du vestiaire après le coup de sifflet final qui a retenu l’attention. Car oui, largement irrité apparemment, Hatem Ben Arfa s’en est violemment pris verbalement à son coach, Jocelyn Gourvennec. Une attitude déplorable sur laquelle est revenu Geoffroy Garétier sur le plateau du Late Football Club

« Il a donc été mis à l’écart du groupe. Bon, au vu de la saison de Ben Arfa et de son influence sur celle du LOSC, on ne peut pas dire que ce soit une grande perte. Pour moi, c’est un miracle constant Ben Arfa. C’est son huitième club différent en neuf saisons, dont une saison blanche avec le PSG. Là, c’est clair, le problème c’est lui. Ce qu’il dit à Gourvennec alors que c’est un joueur mineur, je trouve ça choquant. On parle d’éducation ici », a vivement critiqué un Geoffroy Garétier excédé par les frasques d’un joueur qui aura grandement gâché une carrière qui s’annonçait, pourtant, plus que prometteuse. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page