TV

TV : BeIN expulsé d’Arabie Saoudite, la vengeance est salée

Rien ne va plus entre le Qatar et l’Arabie Saoudite sur le plan des droits TV et de l’investissement dans le football.

Les deux pays, qui sont en froid diplomatiques, s’attaquent depuis des années à travers les droits TV des évènements sportifs, et notamment du football. BeIN Sports, qui détient de nombreux droits pour cette région du monde, déplore depuis longtemps l’existence d’une chaine diffusée en Arabie saoudite et qui pirate tout simplement les programmes de BeIN Sports, pour les proposés gratuitement à ses habitants. Et tout récemment, le Royaume a décidé de bannir BeIN Sports de diffusion dans son pays, « pour un abus de monopole ». Une raison qui fait hurler la chaîne qatarie, pour qui absolument rien ne tient debout dans cette décision. 

« Cette décision a été prise à l’issue d’une procédure judiciaire simulée qui a constamment violé les droits de beIN à une procédure équitable. La décision elle-même est non seulement contraire au droit international mais aussi aux principes les plus fondamentaux du droit de la concurrence. La décision est absurde à tous les niveaux, car elle interdit à beIN de commercialiser ses droits de la même manière que les diffuseurs de sport et de divertissement du monde entier, y compris les autres diffuseurs actifs sur le marché saoudien (…) Nous nous demandons – comme nous l’avons fait pendant trois ans – comment les citoyens saoudiens peuvent légalement regarder les matchs de la Premier League en Arabie saoudite malgré l’interdiction “permanente” du diffuseur officiel de la Premier League.  Nous constatons par ailleurs que la chaîne pirate beoutQ, soutenue par l’Etat saoudien, a concentré les droits et éliminé toute concurrence pendant près de trois ans ; pourtant, la seule action entreprise par les autorités saoudiennes a été d’empêcher délibérément et à neuf reprises la FIFA, l’UEFA, la Premier League et d’autres d’engager des poursuites judiciaires – en totale violation des règles de l’OMC », a balancé BeIN SPORTS qui ne parvient pas à faire évoluer cette situation dans le pays voisin. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer