TV

TV : Hervé Mathoux s’enfonce dans la polémique avec les ultras

Dimanche dernier, Hervé Mathoux avait lancé une polémique en critiquant l’ambiance créée par les ultras dans les stades en France. Quelques jours plus tard, le présentateur du Canal Football Club s’est expliqué.

Fan de l’ambiance dans les stades anglais, Hervé Mathoux avait osé une comparaison peu flatteuse pour les supporters des clubs français. « Ils ont, si je peux me permettre, un public qui est focalisé sur le jeu, qui ne fait pas du tambourin… Ce n’est pas la… Dos au mur… Dos au stade… », avait lâché le journaliste de Canal+. Sans surprise, ses propos ont suscité une vague de critiques sur les réseaux sociaux. Et ont obligé leur auteur à s’expliquer dans un entretien accordé à So Foot. Seulement voilà, le présentateur du CFC, qui a reconnu une simple maladresse, a quand même confirmé son opinion sur les ultras de Ligue 1.

« Ils estiment devoir produire un spectacle dans le spectacle, où le chef d’orchestre est le capo. (…) Cette festivité me gêne dans le sens où elle se développe en parallèle du match, a expliqué Hervé Mathoux. (…) Ce que je voulais dire, en parlant de “tambourin” , c’est que certains mecs amènent une forme de monotonie. Boom, boom, boom, boom, boom, boom… Ce n’est pas ce que j’aime, ce n’est pas en connexion réelle avec le jeu et ça n’existe pas dans la culture anglaise. (…) Le mec qui tourne le dos au jeu, moi, ça me choque. Je ne comprends pas pourquoi il fait ça, voilà. »

Le coup de gueule d’Hervé Mathoux !

« Si les ultras me gênent ? Non. Mais parfois, dans les gros clubs où les groupes ultras sont souvent importants et se sentent obligés de faire leur propre spectacle, on a tendance à oublier le jeu, a-t-il ajouté. Le problème, c’est que les ultras s’autoproclament dépositaires du supporterisme. Il y a une forme de narcissisme dans lequel les gars s’auto-célèbrent et se sentent plus importants que tout. Or, ceux qui sont focus sur le jeu ont aussi le droit d’être considérés comme des supporters, merde ! On a le droit de vibrer d’une façon différente sans être traité de footix. Dès que tu dis ça, tu es dangereux, débile, à brûler… » En tout cas, Hervé Mathoux a le mérite d’assumer malgré la polémique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page