TV

TV : Le football ou rien, Smaïl Bouabdellah prêt à tout plaquer

Commentateur pour la chaîne Prime Video, Smaïl Bouabdellah est un passionné de football. A tel point que son métier de journaliste ne l’intéresserait plus s’il devait s’éloigner de son sport favori.

Smaïl Bouabdellah le reconnaît volontiers, son métier n’est pas vraiment une passion. Contrairement à d’autres confrères, la fonction de journaliste ne l’a jamais fait rêver. Non, ce qui l’intéresse plus particulièrement, c’est uniquement le ballon rond. Le commentateur de Prime Video est un véritable accro au football. Un sport dont il a pu se rapprocher grâce à ses compétences. « C’est la raison pour laquelle j’ai fait ce métier, a avoué le présentateur au site de la LFP. Je n’ai pas fait des études de journalisme pour devenir journaliste, mais pour pouvoir commenter les matchs de foot. »

« Un métier dont je n’ai jamais rêvé »

« Le journalisme n’est qu’un prétexte pour être au stade tous les week-ends, a-t-il poursuivi. Maintenant, j’aime le métier de journaliste mais, à la base, c’est le foot qui me passionne. Si j’avais dû faire stadier, ambulancier ou jardinier pour pouvoir être au stade, je l’aurais fait. Donc, quand j’ai commencé à être journaliste, un métier dont je n’ai jamais rêvé, mon objectif a tout de suite été de commenter les matchs. Je le répète, j’ai fait ce métier uniquement pour cette raison. Si demain je ne commente plus de matchs ou je ne travaille plus pour une chaîne foot, j’arrêterai d’être journaliste. » En tout cas, le journaliste passé par la chaîne L’Equipe, beIN Sports et Téléfoot s’épanouit dans son rôle qu’il interprète à sa manière.

« Ma définition du métier de commentateur ? C’est accompagner le téléspectateur et lui faire passer un bon moment de plaisir, mais aussi d’information. Je suis là pour donner les informations les plus pertinentes. Expliquer qu’un joueur à manger dans un restaurant et que l’addition était salée, ce n’est pas intéressant. En revanche, expliquer comment un joueur s’organise pour manger quand son équipe joue à 13h, cela apporte une plus-value car il y a une préparation particulière. Je veux que le téléspectateur puisse se faire sa propre analyse du match en ayant des éléments concrets », a décrit Smaïl Bouabdellah, notamment complice du consultant Thierry Henry à l’antenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page