Vincent Duluc

CdM : L’édition 2026 inquiète déjà Vincent Duluc

A partir de l’édition 2026, la Coupe du monde comptera 48 participants, contre 32 actuellement. Cette nouvelle organisation a incité la FIFA à composer 16 groupes de trois équipes, avec deux qualifiés par poule. Un système qui inquiète déjà le journaliste Vincent Duluc.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les décisions de la FIFA ne font pas l’unanimité. Sans parler de la désignation du Qatar en tant que pays hôte du Mondial 2022, quitte à chambouler le calendrier habituel, l’instance dirigée par Gianni Infantino est également critiquée pour sa volonté d’organiser la Coupe du monde tous les deux ans.

48 équipes réparties en 16 groupes de trois

On peut même parler d’une véritable polémique tant l’initiative a fait bondir dans le monde du football. Pourtant, ce n’est peut-être pas la décision la plus folle prise par la FIFA ces dernières années. Comme le journaliste Vincent Duluc, beaucoup d’observateurs regrettent également le passage à 48 équipes à partir du Mondial 2026, avec 16 groupes de trois sélections, et l’idée envisagée d’instaurer une séance de tirs au but en cas de match nul en phase de poules pour éviter tout arrangement.

« Bien avant d’avoir l’idée d’une Coupe du monde tous les deux ans et de susciter une indignation quasi générale, la FIFA avait fait passer sans difficulté majeure, en janvier 2017, une révolution d’une ampleur et d’un embarras comparables : la première Coupe du monde à 48, en 2026 aux États-Unis, au Canada et au Mexique, mais aussi la première Coupe du monde sans matchs nuls, puisque dans la phase de groupes (16 de trois équipes), il faudra forcément un vainqueur, via la prolongation et les tirs au but, pour éviter les arrangements. Et chacun sait combien la FIFA a toujours porté un regard particulier sur les arrangements », peut-on lire dans l’édito du journaliste de L’Equipe, pas du tout pressé d’assister cette édition 2026.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page