Vincent Duluc

EdF : Vincent Duluc calme l’euphorie autour de Clauss

Très en vue avec le Racing Club de Lens cette saison, Jonathan Clauss a reçu sa première convocation en équipe de France. De quoi ravir le latéral droit et les nombreux observateurs qui réclamaient sa venue à Clairefontaine. Mais pour le journaliste Vincent Duluc, mieux vaut éviter de s’emballer trop vite pour un élément aussi inexpérimenté.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la nouvelle a été très bien accueillie. Beaucoup attendaient avec impatience la première convocation de Jonathan Clauss en équipe de France, qui plus est à la place d’un Léo Dubois critiqué. Un souhait finalement exaucé par le sélectionneur Didier Deschamps, qui pourrait offrir au latéral droit de Lens sa première sélection lors des matchs amicaux face à la Côte d’Ivoire et l’Afrique du Sud (25 et 29 mars). Autant dire que cette perspective enchante ses coéquipiers et son entraîneur Franck Haise, euphoriques en apprenant sa convocation.

Il faut aussi souligner la satisfaction des nombreux spécialistes et fans de Jonathan Clauss, à qui Vincent Duluc a lancé un avertissement. « Il est assez normal d’appeler Jonathan Clauss à la place de Léo Dubois (plutôt bon à l’automne), surtout pour jouer à cinq défenseurs, a validé le journaliste du journal L’Equipe sur Twitter. Mais il faudra laisser le Lensois, qui n’a jamais joué un match européen, découvrir le niveau et s’adapter au contexte, à 29 ans. »

En effet, si Didier Deschamps a longtemps attendu avant de l’appeler, c’est sans doute parce que Jonathan Clauss manque d’expérience au plus haut niveau. Son profil offensif correspond parfaitement au 3-4-3 mis en place par le sélectionneur des Bleus ces derniers mois. Mais en raison de son parcours atypique, le joueur passé professionnel à 24 ans aura sûrement besoin de temps pour se mettre au niveau des champions du monde. Un sacré défi pour le nouveau concurrent de Kingsley Coman sur le côté droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page