WTF

WTF : Mamadou Niang et le pitre Dassier, l’anecdote qui fait mal

Mamadou Niang aura été une légende du côté de l’Olympique de Marseille, club dans lequel il aura joué de 2005 à 2010. Mais le Sénégalais ne sera pas parti en bons termes avec le président de l’époque, Jean-Claude Dassier.

Le dernier titre de champion de France de l’Olympique de Marseille remonte à 2010 sous les ordres d’un certain Didier Deschamps. L’actuel sélectionneur de l’équipe de France pouvait compter à l’époque sur un effectif de très grande qualité. On pouvait notamment sortir du lot Mamadou Niang. Capitaine, le Sénégalais a fait rêver plus d’un fan sur la Canebière. Avec l’OM, Niang aura inscrit la bagatelle de 100 buts en 227 matchs disputés. Malheureusement pour lui, l’arrivée de Jean-Claude Dassier à la place de Pape Diouf aura marqué un tournant décisif dans son aventure avec l’Olympique de Marseille.

Mamadou Niang n’a pas oublié Dassier

Lors d’un entretien accordé à Oh My Goal, l’ancien joueur phocéen n’a d’ailleurs pas manqué de tacler Jean-Claude Dassier. “Je me sentais bien à l’OM. Je ne voulais pas partir. Mais le problème, c’était le Président de l’OM. Un pitre. Il ne connaissait même pas les joueurs. Je ne sais pas comment il a fait pour être à l’OM. Ce qui me fait mal, c’est qu’il arrive quand toutes les fondations sont mises en place par Pape Diouf et c’est lui qui en récolte les fruits. Il m’a confondu un jour avec Kaboré alors que j’étais le capitaine de l’équipe et tout le monde me connaissait au club. Si tu me confonds, t’es vraiment un inculte. (…) Avec Deschamps, on avait convenu une revalorisation au niveau du salaire mais Dassier a dit non. Il disait que j’étais trop vieux. Donc je suis parti, pas de souci. Mais après, DD Gignac et Loïc Rémy arrivent pour 18 millions et 15 millions d’euros. Ce qu’ils m’ont refusé, ils l’ont donné à DD. On peut comprendre que je puisse être vexé alors que j’avais prouvé”, a notamment indiqué Mamadou Niang, toujours amer sur sa fin d’aventure avec l’OM.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page